Molière-Montfaucon 1-1 / Cie Extrapol / Lionel Frésard
Carte blanche à Denis Maillefer
17 Décembre

Terminer par l’essentiel. Terminer par un spectacle, par avoir envie de faire partager un spectacle. Un spectacle qui, un peu aussi, me raconte, raconte je crois un tout petit peu Alexandre, et qui nous raconte, indirectement, tous.

Une histoire de vie, une autofiction, comme on dit.

Celui d’un homme que rien ne prédestinait, dans sa famille, à une vie dans le monde artistique. Boucher, patron de bistrot des Franches-Montagnes, footballeur amateur, puis comédien diplômé du conservatoire arpentant les scènes des grands théâtres, Lionel Frésard a eu plusieurs vies. Il les raconte, il les mélange dans ce solo infiniment drôle, à l’impudique pudeur. Un parcours atypique, un trajet de déraciné, entre le troquet du village, un ballon de foot, les alexandrins de Molière ou la prose de Brecht, entre la ville et la campagne, la scène et la ville, entre soi et soi.

Lionel Frésard joue tous les personnages, du boucher de son bled qui appuie un peu sur la balance, au prof de danse du Conservatoire. En passant, il se souvient (inconsciemment ?!) qu’il vient du « pays » de Zouc, et ce n’est pas un hasard…

Et après on boira un verre ou deux, comme chaque soir au TLH, cela continue.